Bucarest (Roumanie)
Novembre 2011

L'inattendue découverte

Bucarest est une ville chaleureuse, surprenante, contemporaine, traditionnelle et historique. Il y a de nombreux parcs, des monuments et des coins à visiter. Il suffit de marcher dans le centre ou dans les différents quartiers pour se laisser surprendre et séduire par la ville.

Que visiter à Bucarest ?

J’ai énormément à dire sur Bucarest … mais je vais devoir faire des choix et me concentrer sur les incontournables, les grands classiques, les valeurs sûres … bref, vous m’avez compris.

Le Palais du Parlement

Le second plus grand bâtiment administratif au monde derrière le Pentagone. Lorsque le dictateur roumain Nicolae Ceauşescu a ordonné la construction de cet édifice pharaonique, celle-ci s'est faite au détriment d'une grande partie du centre historique de la ville. Un quartier entier, un stade, plusieurs églises, couvents et synagogues ont été rasés pour faire place nette. Dommage ! A l’intérieur, de grandes salles de réception et de réunion, un labyrinthe d’escaliers et d’énormes lustres scintillants, … soit un luxe qui jure avec l’époque de sa construction. La visite se fait uniquement via un guide et par groupe ; une bonne heure de balade pour finalement n’avoir vu que 7% du bâtiment.

L’Avenue de la Victoire (Calea Victoriei) est une des grosses artères de la ville et c’est sur celle-ci que se trouve un éventail énorme de monuments et musées à ne pas manquer. Je citerai l’Athénée roumain, le Palais CEC, le Cercle militaire national, la place de la Révolution, de petites églises sans oublier le musée national d'art de Roumanie.

Lipscani

Un coin que j’adore par-dessus tout, c’est le quartier Lipscani même si ce dernier a connu de nombreux changements au cours de dernières décennies. Il s’agit d’une partie du centre historique de la ville devenue aujourd’hui le centre animé de la scène artistique roumaine et un lieu de vie nocturne populaire. Un coin où l’ancien et le nouveau se côtoient harmonieusement. Le plus bel exemple est l'église du monastère Stavropoleos.

La capitale roumaine compte également de magnifiques parcs, comme les parcs Herăstrău et Cişmigiu, lieux idéals pour pique-niquer, se balader ou se reposer au soleil au bord du lac. Lorsque je regarde mes photos, je me rends compte que je suis à chaque fois passé dans le parc Herăstrău. Je ne sais pas pourquoi, il doit y avoir une attraction particulière pour moi là-bas. Non loin de ce parc se trouve l’Arc de triomphe roumain, érigé lors de l’indépendance du pays (en bois à l’époque), lieu stratégique des défilés militaires.

La plupart des curiosités ne se situent pas très loin les unes des autres, il est donc facile de visiter la ville à pied. Pour les coins hors du centre, le métro est le moyen le plus rapide pour se rendre sur place. Quoiqu’il en soit, Bucarest vaut assurément le détour !

Brasov et Bran

A plus ou moins trois heures de train de la capitale, la ville de Brasov s’est rajoutée à mon parcours. Au pied des Carpates, un endroit complètement à l’opposé du style de Bucarest. Rues piétonnières, petites maisons colorés, vieilles églises toujours sur leurs bases d’origines, … on est en Transylvanie et cela se voit.

Le château de Bran

Non loin de Brasov, est associé à la légende de Dracula et à Vlad III l’Empaleur alors que ce dernier n’y a jamais séjourné. Ce voïvode (ndlr : terme slave désignant le commandant d’une région militaire) a inspiré l’auteur Bram Stoker pour deux raisons principalement … l’un de ses surnoms était « Drăculea » (signifiant « fils du diable » ou « fils du dragon ») et également à cause de la cruauté dont il faisait preuve sur le champ de bataille, n’hésitant pas à empaler et boire le sang de son ennemi à la fin de la bataille.

Vrai ou faux, je me suis bien amusé sur place et si le temps ne joue pas contre vous, n’hésitez pas à vous rendre sur place.